Découvrez ici quels sont les 5 sports les moins sûrs

12 juillet 2019
Il existe des statistiques qui nous donnent une idée du danger que suppose la pratique de certains sports. Parmi les facteurs de risque les plus importants figurent la vitesse, la hauteur et les mouvements rapides. 

Dans liste interminable des pratiques sportives créées par l’homme, un bon nombre d’entre elles peuvent s’avérer mortelles. Les grandes vitesses, les mouvements dangereux et les hauteurs prononcées constituent des caractéristiques décisives des sports les moins sûrs.

Il existe des statistiques qui montrent la dangerosité de chaque discipline sportive. Il est vrai que le risque de lésions lié à une pratique sportive comme le football ou le basketball est presque inévitable. Néanmoins, le risque d’un dénouement malheureux et inattendu est bien plus important lorsque l’on pratique les sports suivants.

1. Le base jump est sans doute le sport le plus dangereux de tous

Le base jump fait partie des sports les moins sûrs

Le base jump est un sport extrême de type parachutisme. Ce sport consiste à se lancer dans le vide depuis un point précis. Le sportif doit porter une tenue spéciale qui l’aidera à planer avec le vent et un parachute.

Ce sport est dit BASE en raison des différents points d’où le sportif peut se lancer. Ces points sont les suivants : un édifice (building en anglais), une antenne (antenna), un pont (span) ou encore des espaces naturels de la Terre tels qu’une colline ou une falaise (earth).

Une partie du danger est liée à la courte distance entre le point depuis lequel le sportif se lance et le sol. Généralement, la distance maximum est d’environ 60-70 mètres. De nombreux dénouements malheureux sont donc possibles : les parachutistes ont peu de temps pour réagir et leur chute dépend des variables météorologiques, lesquelles sont si changeantes.

Depuis la création de ce sport, on estime qu’un peu plus de 200 personnes ont perdu la vie en sautant. La probabilité de mourir en pratiquant du base jump semble être la suivante : 1 personne sur 560.

2. L’alpinisme a coûté la vie à ses plus grands représentants

De nombreux alpinistes sont morts pendant la pratique de leur sport. Ces cas sont bien connus. On estime que sur six ascensions sur le mont Everest, l’une d’entre elles est mortelle.

Le problème n’est pas seulement lié à la hauteur prononcée. Cette triste estimation est également liée aux fortes exigences physiques et mentales requises pour pratiquer cette activité sportive.

Les alpinistes estiment que c’est lors de la descente, et non de la montée, que le risque d’un dénouement malheureux est plus important. Les différentes raisons liées à la mort des alpinistes sont les suivantes : chutes, hypothermie, manque d’oxygène, congélation, entre autres.

Presque tous les grands alpinistes et innovateurs dans ce domaine sont morts en montagne. Selon le National Center for Health Statistics, la probabilité de mourir en montant au sommet d’une montagne est de 1 sur 1750. Pour ceux qui le font au Népal, la probabilité est de 1 sur 167.  Et plus haut nous nous trouvons sur l’Himalaya, plus la probabilité augmente.

Cet article peut également vous intéresser : Quel est le meilleur moment de la journée pour aller à la salle de sport ?

3. L’héliski fait partie des sports les moins sûrs

Sportif qui pratique de l'héliski

Dans la pratique, les sports de neige ne sont pas si dangereux en comparaison avec bien d’autres sports. Néanmoins, un seul de ces sports fait chuter la moyenne : l’héliski (ou ski de randonnée, ou ski d’exception).

L’héliski consiste à descendre des pentes de neige vierges et isolées auxquelles les skieurs accèdent par hélicoptère.

Le problème avec cette pratique sportive est qu’elle combine hauteur, neige et vitesse. Un simple faux mouvement peut affecter la trajectoire et provoquer ainsi un accident ou une chute spectaculaire.

Un terrain irrégulier est un autre défi auquel le sportif doit faire face.

Pour toutes ces raisons, ce sport est, sans l’ombre d’un doute, l’un des sports les moins sûrs.

4. La formule 1 et les sports motocyclistes, deux disciplines de vitesse

Conduire de chez soi jusqu’à son lieu de travail ne représente pas un grand danger, mais faire cela à toute vitesse lors d’une compétition fermée est, en revanche, très dangereux.

La probabilité de mourir lors d’une course de Formule 1 est de 1 personne sur 100. Cette statistique est encore plus décourageante que celle de l’alpinisme.

Quant aux sports motocyclistes, la probabilité est moins grande mais cela n’enlève rien à la dangerosité de ce sport. Selon les statistiques américaines, la probabilité de mourir lors d’une compétition de motos est de 1 sur 1000.

5. La boxe, un autre sport faisant partie de la liste des sports les moins sûrs

Bien qu’il ne soit pas question de vitesse, de vertige ni de hauteur, la boxe est une discipline exigeante. Ce sport se trouve dans la liste des sports les moins sûrs en raison de son fort taux de mortalité.

En 1976, un pigiste espagnol nous disait que plus de 500 boxeurs étaient morts à cause de cette pratique sportive.

Il existe une certaine réserve et une certaine ignorance sur le nombre de victimes mortelles dans le monde de la boxe. Après certains calculs, on estime que la probabilité de mourir en pratiquant de la boxe est de 1 sur 2200. Et cela sans compter les séquelles à vie liées à un traumatisme cérébral.

Cet article peut également vous intéresser : 5 raisons pour lesquelles la plupart des gens vont à la salle de sport

Bien entendu, ces disciplines sportives ne sont pas les seules disciplines dangereuses. Les statistiques d’autres disciplines plus normalisées laissent également à désirer.

Par exemple, les séquelles dont souffrent les joueurs de football américain et celles de ceux qui pratiquent la lutte libre attirent également l’attention.

Quoi qu’il en soit, pratiquer une telle activité sportive relève d’une décision personnelle.

  • Rafael Verdera Server. Riesgos del deporte. Facultad de Ciencias Jurídicas. Universidad de Las Palmas de Gran Canaria. Extraído de: http://www.indret.com/pdf/116_es.pdf
  • Joan Ruis Sant. Riesgo y peligro en el deporte. Extraído de: http://www.jriustrainer.com/sites/default/files/pdf/Riesgo%20y%20peligro%20%20en%20el%20deporte.pdf