Comment combattre la violence dans le sport ?

2 septembre 2019
La question que nous nous posons est la suivante : les institutions sportives fournissent-elles suffisamment d'efforts pour éviter les confrontations ? Existe-t-il une formule magique pour mettre fin à la violence dans le sport ? 

Au cours des dernières décennies, la pratique sportive a été utilisée comme un outil pour faire baisser les taux de conflit au sein de la société. Parallèlement à cela, la violence dans le sport professionnel est telle qu’elle met en évidence un vandalisme grave.

Nous sommes tous les jours témoins du fanatisme extrême dans le sport, des bagarres de masse, des dommages matériels et même des morts malheureuses liées à la violence dans le sport.

Tout comme dans la vie, la violence est multidirectionnelle. Cela veut dire que c’est un phénomène qui concerne tout le monde. Sur Internet, il est possible de trouver des faits violents par centaines auxquels participent aussi bien des athlètes que des entraîneurs et des fanatiques.

Presque tous les sports pénalisent la violence

Football américain

À la différence d’autres problèmes connus dans le monde du sport tels que le racisme, la violence est pénalisée dans presque toutes les disciplines sportives. D’ailleurs, c’est précisément la mise en place de règles concernant la concurrence qui fait qu’une activité physique est considérée comme un sport. Presque tous les sports établissent que la violence est illégale entre les concurrents.

Certaines pratiques violentes telles que la boxe ou les arts martiaux mixtes ont également des règles. Ces règles permettent de définir la limite entre la compétition et la violence envers l’adversaire. Tous les sports de contact décrivent les actions violentes à ne pas commettre.

Le système de fautes existe dans de nombreux sports, comme le football américain et le hockey sur glace. Le football, le baseball et le basketball sont des exemples clairs. Ce sont des sports dont la violence attire un certain secteur de la population, mais ces sports pénalisent clairement la violence et le manque de fair-play.

Malgré les pénalisations, nous assisterons toujours à des faits violents, car les pratiquants sont des êtres humains avec des émotions. Le manque de contrôle émotionnel incite souvent à la bagarre et à la frustration.

La violence dans le sport concerne également les fanatiques

Certaines entités sportives reportent souvent des événements violents parmi les spectateurs. C’est le cas du football ou encore du baseball, par exemple. Cela se doit au fanatisme extrême de certains spectateurs qui gèrent mal la rivalité pendant un événement sportif.

Le football est sans doute le meilleur exemple des dangers liés à la violence dans le sport. Les Hooligans (personnes originaires d’Angleterre au cours des décennies passées mais qui aujourd’hui sont dispersées partout dans le monde), les émeutes et même des homicides sont reportés régulièrement dans presque toutes les ligues de la planète.

Paradoxalement, le football possède les normes les plus rigoureuses en ce qui concerne la violence. Pour confirmer cela, il suffit de jeter un coup d’oeil au règlement et aux protocoles de la FIFA, l’entité mondiale qui régule le football.

Les joueurs peuvent être sévèrement sanctionnés. La sanction dépend de l’agression commise. Il existe également des pénalisations pour les équipes et les stades qui encouragent la violence parmi les fanatiques.

La compétence des autorités gouvernementales

La violence est un sujet qui concerne la sécurité citoyenne. Par conséquent, la violence est considérée comme une violation au niveau légal. Les entités gouvernementales disposent généralement d’un certain nombre d’effectifs de police pour la célébration d’événements sportifs.

Bien entendu, chaque pays présente ses propres caractéristiques : à certains endroits, le taux de conflit sportif se perd de vue. La ligue de football argentine est un exemple frappant. En Argentine, le fanatisme sportif constitue une problématique nationale, raison pour laquelle le gouvernement a créé un règlement antiviolence dont les résultats, jusqu’à présent, sont mitigés. De plus, les rivalités entre les fanatiques se mélangent aux différends sociaux, politiques et économiques.

Le dernier cas significatif de la violence dans le sport est la finale de la Copa Libertadores 2018 entre Boca Juniors et River Plate. À cette occasion, de fortes agressions de la part des fanatiques envers les joueurs ont été reportées.

La violence dans le sport et les défis futurs

Des hommes devant un stade
Image : radiodos.com.ar

Les sociétés évoluent ainsi que les formes de violence. C’est pourquoi les institutions sportives doivent s’adapter aux nouvelles réalités en modifiant leurs règlements. Comme c’est le cas au football, tous les sports sont sujets à l’actualisation de leurs normes comportementales.

Les temps modernes créent de nouveaux contextes. Par exemple, au cours de ces dernières années, des menaces terroristes autour d’événements sportifs mondiaux ont été reportées. Les autorités étatiques et sportives ont été obligées de redoubler d’efforts en matière de sécurité.

À l’heure actuelle, le plus important consiste à encourager une culture de non violence. Pour cela, les sanctions et les campagnes éducatives continuent d’être les principaux outils des entités sportives dans la lutte contre les agressions.

  • Ángel Gómez. UNED. 2007. Violencia en el deporte. Extraído de: https://www2.uned.es/472074/papers/Gomez_(2007).pdf
  • Helio Carpintero. R.A. de Ciencias Morales y Políticas. Psicología y violencia del deporte en España. Extraído de: http://www.racmyp.es/R/racmyp/docs/anales/A95/A95-12.pdf