Comment le culturisme affecte-t-il la vie de couple ?

9 août 2019
Il est incroyable d'observer à quel point la pratique d'une activité physique structurée peut avoir de merveilleux bienfaits physiques et psychologiques. Malheureusement, c'est une épée à double tranchant. En effet, une mauvaise pratique, ajoutée à des habitudes néfastes, peut la rendre destructrice. A ce propos, comment le culturisme peut-il affecter la vie de couple ?

Normalement, le culte du corps comporte quelques connotations sexuelles, pour certaines personnes plus que pour d’autres. Néanmoins, que ce soit pour améliorer notre santé, profiter d’un passe-temps ou arborer un physique plus esthétique, il existe un résultat hormonal et sexuel qui implique le désir d’attention de la part des autres. Quelle est la relation entre le culturisme et la vie de couple ?

Les conséquences de l’activité sportive réalisée par l’un ou les deux membres du couple seront directement projetées dans ce lien d’amour. Si l’on analyse spécifiquement l’activité physique codifiée pour se muscler -appelée culturisme-, ces connotations pourraient être exceptionnelles ou, au contraire, ‘détruire’ le couple.

Le culturisme et la relation de couple

Il existe deux possibilités dans l’analyse des pratiques fitness ou sportives et la relation de couple. La pratique peut être réalisée uniquement par l’un des deux partenaires. Cela peut alors entraîner un déséquilibre dans certains modèles esthétiques et comportementaux. Toutefois, si le couple possède un lien fort, les loisirs personnels de chacun seront respectés.

D’autre part, si les deux individus pratiquent une activité physique, les bienfaits se multiplieront. Par conséquent, il y aura un renforcement du lien et des bénéfices psychologiques et physiologiques générés par le culturisme dans la vie du couple.

Aspects caractéristiques du culturisme

Il existe diverses formes de culturisme mais toutes visent à développer les muscles. En règle générale, il possède des objectifs esthétiques plutôt que des performances sportives. Bien que les deux soient étroitement liés l’un à l’autre.

Le culturisme doit être effectué avec un bon sens et une planification adéquate. Sinon, cela deviendra une habitude nocive physiquement et mentalement.

Exercices de musculation du ventre.

Evolution psychophysique du praticien en culturisme

Les conséquences des idéaux et des émotions affectent totalement le développement physique. De cette façon, les conséquences physiques de la pratique du culturisme s’orientent vers la plénitude saine ou, inversement, vers ce qui est mauvais pour la santé. Bien évidemment, d’un point de vue de la santé.

Pratique correcte de la musculation

Si la pratique du bodybuilding -culturisme- est complètement saine, les bienfaits mentaux et physiques permettent aux pratiquants d’acquérir des aptitudes physiques ainsi qu’une motivation à adopter un comportement qui les fera progresser dans leurs habitudes quotidiennes ou professionnelles à des niveaux insoupçonnés. Voici les éventuels avantages psychologiques :

  • Augmentation du niveau d’estime de soi.
  • Amélioration de la capacité à affronter les problèmes du quotidien en dehors du sport.
  • Meilleure empathie sociale lors de l’interaction avec d’autres usagers dans une salle de sport.
  • Libération du stress, réduction de l’anxiété, de la dépression ou de l’irritabilité.
  • Amélioration des fonctions cérébrales.
  • Prévention possible des maladies mentales en vieillissant.

Par ailleurs, les bienfaits physiologiques du culturisme pour la vie en couple peuvent être les suivants :

  • Amélioration de la force, de l’endurance, de la souplesse ou de la vitesse selon le type de sport pratiqué.
  • Rajeunissement cellulaire.
  • Prévention des maladies organiques.
  • Réduction de la sarcopénie -perte de la masse musculaire avec l’âge-.
  • Amélioration de la posture ou du déséquilibre osseux-musculaire.
  • Lutte contre l’obésité.

Pratique incorrecte de la musculation

Contrairement à ce qui a été décrit, s’il se produit une pathologie vigorexique et d’obsession pour un entraînement incontrôlé, l’usage de substances illégales ou un régime purement restrictif, les conséquences peuvent être terribles pour l’individu. Voici quelques-unes d’entre elles :

  • Augmentation de l’irritabilité.
  • Surentraînement ou burn-out dû à un exercice excessif sans directives de contrôle.
  • Fatigue extrême.
  • Manque d’entrain pour une vie sociale harmonieuse.
  • Faibles ressources énergétiques pour le cerveau.
Un homme et une femme qui font des abdominaux ensemble.

  • Vieillissement neuronal prématuré.
  • Déstructuration hormonale.
  • Affaiblissement du système immunitaire.
  • Affections organiques : diverses maladies qui peuvent toucher le foie, la peau, le coeur ou même le cerveau.

Répercutions positives du culturisme sur la vie de couple

Tout ce que nous faisons dans notre environnement et tout ce que nous recevons de lui affecte notre relation avec les autres. Dans le cas d’un couple, une pratique sportive saine amènera la personne à se sentir plus détendue avec son partenaire, à éviter les disputes inutiles ou à les raisonner.

Par ailleurs, si les deux individus réalisent un sport, il s’agit d’un point d’union qui aidera à ne pas rompre la relation. De plus, de nombreux couples apprennent à se connaître dans des lieux tels que la salle de sport.

Tout ce qui vient d’être mentionné fait référence à l’aspect comportemental. En outre, concernant l’aspect physique, la pratique sportive de l’un ou des deux partenaires mènera à un meilleur rendement dans la collaboration quotidienne. En même temps, l’activité sexuelle deviendra beaucoup plus agréable, durable et affective.

Pour finir, les deux partenaires auront le sentiment d’être plus attiré par les changements physiques de l’autre personne. Si vous pratiquez le culturisme, prenez également soin de votre relation de couple. Il s’agit finalement de trouver l’équilibre !

  • American Academy of Pediatrics. Committee on Sports Medicine and Fitness.
    Adolescents and Anabolic Steroids: A Subject Review. Pediatrics Vol. 99 No. 6
    June 1997, pp. 904-908.
  • Anderson, K., Niesenblat, V. & Norman, R. (2010). Lifestyle factors in
    people seeking infertility treatment. A review. En: Australian and New
    Zeland Journal ofObstetrics and Gynaecology, 50, 8-20.
  • Boots, C. & Stephenson, M. (2011). Does obesity increase the risk of
    miscarriage in spontaneous conception: A systematic review. En: Seminars
    inReproductive Medicine, 25, 1123-1126.
  • Benson, H.; Dryer, T. y Hartley, L.H. (1978). Decreased VO2 consumption during
    exercise with elicitation of the relaxation response. Journal of Human Stress, 4,
    38-42.