Quels sont les effets du manque de sommeil sur le corps ?

Dormir peu est une habitude typique de notre culture actuelle dans laquelle le stress, les technologies et la sédentarité ont des effets négatifs sur notre horloge interne.
 

Les habitudes ont radicalement changé lors de ces dernières années à cause de divers facteurs. Sans aucun doute, une des pratiques qui se perd petit à petit est celle de se reposer le temps nécessaire à ce que notre corps exige. 

Les distractions constantes et le rythme de vie frénétique nous entraînent à dormir peu. Or, cela génère une détérioration de notre santé.

Les téléphones portables, les ordinateurs, la télévision et l’impossibilité de nous déconnecter du style de vie effréné et sans pause que nous menons est en train de détruire notre capacité à dormir.

Il a été confirmé par l’Association Mondiale de la Médecine du Sommeil que 45 % des personnes souffrent d’un trouble du sommeil, selon un rapport journalistique.

De ce fait, les taux ont atteint un niveau d’épidémie. Chaque fois moins de personnes se rendent compte que dormir est aussi voire plus important que de s’alimenter.

De plus, ceux qui le savent ne le mettent pas toujours en pratique. Quelles sont les conséquences d’un manque de sommeil pour notre santé ? Nous étudierons ce sujet dans cet article.

 

Comment nous affecte le manque de sommeil ?

sommeil

Les effets négatifs d’un repos inadéquat sont nombreux et ils peuvent générer des troubles majeurs. Parmi les plus fréquents, on retrouve :

  • Usure du cerveau : lorsque nous dormons, le cerveau régénère les cellules qui lui permettent de « récupérer les énergies » et prévenir les maladies. Si nous ne nous reposons pas assez, il ne peut pas nettoyer les protéines qui provoquent les plaques d’Alzheimer ou la démence.
  • Perte de masse corporelle : les persones qui se reposent moins de cinq heures par nuit souffrent de réduction de l’Indice de Masse Corporelle. La moyenne que l’on perd tourne autour des 3,6 %. Et cela est dû aux carences des processus métaboliques qui ont lieu la nuit.
  • Désordre alimentaire : généralement, les personnes qui dorment mal, mangent mal. Quand nous dormons, nous fabriquons la leptine, une hormone qui provoque la satiété et régule la graisse corporelle. Si nous réduisons sa production, les conséquences seront les suivantes. Une alimentation à des heures tardives et une accumulation de la graisse corporelle. Cela favorise en plus le développement de troubles comme l’obésité et le diabète.
  • Manque de réflexes : le rendement cognitif et la coordination motrice diminuent de façon considérable quand une personne n’a pas suffisamment dormi. Selon la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA, en anglais) des États-Unis, plus de quarante mille personnes souffrent de blessures chaque année. Et ce, à cause de problèmes dus au manque de sommeil.
  • Meilleur rendement : comme conséquence du manque de lucidité et d’énergie, en dormant peu nous nous exposons à la diminution considérable de nos capacités. Ceux qui ne se reposent pas suffisamment ont tendance à donner moins de résultats dans les milieux professionnel et scolaire.
 

Pourquoi dormons-nous de moins en moins ?

Les racines de cette question, propre à la culture du XXIème siècle sont nombreuses. La première que nous pouvons énumérer est celle des mauvaises habitudes de sommeil. Cela inclut les pratiques comme l’utilisation du téléphone ou de l’ordinateur quelques minutes avant de nous coucher. Ou encore le fait de regarder la télévision jusqu’à s’endormir devant.

sommeil

La raison est l’atrophie de la perception des cellules ganglionaires qui sont situées sur la rétine et informent notre cerveau du jour ou de la nuit.

Étant donné qu’elles sont très sensibles à la lumière d’onde courte (comme celles des portables ou des tablettes), l’horloge biologique de la personne peut être affectée face à la confusion de l’heure à laquelle on se trouve.

D’un autre côté, la sédentarité joue aussi son rôle dans tout ça. Comme le style de vie de la majorité des personnes n’inclut pas l’activité physique de trente minutes par jour recommandée par l’OMS, le besoin de dormir n’est pas puissant.

Enfin, nous devons aussi mentionner l’alimentation comme un facteur pertinent. La consommation excessive de caféine, d’alcool ou de tabac peut conduire à des altérations du rythme de sommeil. C’est pourquoi, on recommande de modérer leur consommation voire si possible de l’éliminer directement.

 

Conseils lorsque vous allez dormir

Si vous faites partie des personnes qui sont habituées à dormir peu, ces conseils peuvent vous être d’une grande utilité dans le but de changer cette mauvaise habitude :

  • Ne retardez pas le repos : ne faites pas d’heures supplémentaires si vous pouvez le faire un autre jour. Quand votre corps vous demande une pause il est important de la lui octroyer. Puis, de reprendre avec plus d’énergie le jour suivant.
  • La dette de sommeil ne se récupère pas : l’idée de « dormir plus » les weekends pour récupérer le sommeil perdu pendant la semaine est fausse. Le rythme de sommeil doit être quotidien, il ne peut pas être compensé en une seule fois.
  • Éviter de manger trop le soir : tout d’abord, parce que cette énergie ne se consomme pas et sera stockée sous forme de graisse. De plus, les fonctions vitales se retardent en dormant. C’est pourquoi la digestion sera moins efficace et certains inconvénients gastriques peuvent apparaître.
  • Déconnectez-vous : une ou deux heures avant d’aller au lit, laissez le portable, l’ordinateur ou autre dispositif électronique qui puisse vous garder en éveil. Au contraire, il vaut mieux lire ou faire une activité qui nous relaxe.
 

Les conséquences du manque de sommeil sont nombreuses et claires. Par conséquent, il est important de prendre les précautions nécessaires et de modifier nos habitudes pour favoriser un bon sommeil. À la longue, vous remarquerez la différence dans votre quotidien et votre organisme vous remerciera grandement.