Sport et fatigue : fatigue centrale VS fatigue périphérique

16 août 2019
La fatigue dans le sport est considérée comme l'état dans lequel l'individu ne peut plus maintenir le niveau de performance ou d'entraînement attendu. Elle peut être due à des facteurs internes ou externes.

Nous pouvons comprendre que sport et fatigue ne font pas bon ménage. C’est le mélange des changements dont souffre notre organisme quand nous l’exposons à un travail auquel il n’est pas adapté. Les « courbatures », la sensation de fatigue ou la réduction de la force peuvent être des indicateurs de fatigue.

Sport et fatigue : les types de fatigue

Lorsque nous parlons de sport et de fatigue, nous devons distinguer deux types fondamentaux :

  • La fatigue centrale. C’est ce que nous comprenons par « fatigue mentale », celle de notre petite centrale, quand le système nerveux central est touché.
  • La fatigue périphérique. Ou également connue sous le terme de « fatigue physique », elle fait référence à nos muscles.

Nous devons bien avoir à l’esprit qu’en connaissant mieux les différences entre l’une et l’autre et la manière d’y réagir, nous serons capables de planifier plus efficacement l’entraînement. Dans cet article, nous expliquerons en détail les aspects importants que tout sportif doit gérer.

La fatigue centrale

La fatigue centrale est importante. Nous pouvons même dire qu’elle l’est plus que la périphérique. Cela est dû au fait que la fatigue centrale influe de manière négative sur la prédisposition mentale ainsi que sur la performance physique.

Les circonstances du quotidien comme les problèmes personnels, le stress au travail, le rythme frénétique de notre vie ou une préoccupation à cause d’un examen sont des causes très courantes de la fatigue centrale. La question à se poser est : « Comment dois-je affronter ces circonstances ? ». « Dois-je me reposer quand la fatigue apparaît pour ces raisons ? ». En réalité, non.

Tel que nous l’avons évoqué, la fatigue centrale dépend en grande partie de notre système nerveux central (SNC). L’une des principales caractéristiques du SNC est qu’il cherche toujours à s’adapter et à économiser le plus d’énergie possible pour maintenir l’état idéal.

C’est pourquoi si notre fatigue est centrale, le SNC cherchera la manière de s’adapter à cette situation et de pouvoir économiser de l’énergie. Cela nous fera sentir une répulsion vis-à-vis de la séance d’entraînement.

Un homme éprouve des maux de tête

Néanmoins, si vous vous reposez et que vous sautez l’entraînement, le cerveau s’adaptera à cette situation. Il deviendra donc plus paresseux. Vous devrez au contraire chercher de nouveaux stimuli mais en aucun cas vous reposer.

Dans ce cas, donner un stimulus différent ou répéter quelque chose de déjà connu sera comme un cadeau pour notre SNC. En effet, une fois qu’il aura récupéré un état mental positif, il obtiendra une nouvelle prédisposition physique.

La fatigue périphérique

À la différence de la première, elle n’influe pas au niveau central. Si nous sentons physiquement fatigués mais que nous possédons une certaine vigueur mentale, nous pourrons nous entraîner correctement en dépit de la fatigue corporelle. Par conséquent, tout peut nous paraître facile lorsque nous nous référons à la fatigue périphérique.

Si la fatigue est dans ce cas corporelle et non mentale, continuer à s’entraîner n’est pas indiqué. Si nous nous trouvons dans cette situation, il ne sera pas utile de poursuivre la pratique sportive. En effet, souffrir d’une fatigue importante ou arriver au surentraînement, augmente considérablement le risque de se blesser.

Que faire pour une bonne récupération physique ?

Il existe plusieurs possibilités de récupération :

  • Augmenter les heures de sommeil.
  • Un bon massage.
  • Consommer une nourriture nutritive et rassasiante.
  • Remettre la séance du matin à l’après-midi ou au lendemain. Il est ainsi fondamental de respecter la durée de récupération entre les séances.

Voici quelques-unes des alternatives auxquelles nous pouvons avoir recours afin de remplir les réserves énergétiques mais aussi de permettre une bonne récupération et un repos musculaire et articulaire. Tout cela est essentiel pour être prêt pour les séances suivantes.

Une femme se masse la nuque

Conclusions sur le duo sport et fatigue

Pour tout ce que nous avons mentionné dans cet article, il est important de garder à l’esprit une série de questions au sujet de la fatigue dans le sport :

  • Si je suis fatigué physiquement mais mentalement frais, je peux correctement m’entraîner.
  • En revanche, si la fatigue est mentale -et ce même si je suis en bonne santé physique, il n’y aura rien à faire. La qualité de l’entraînement en pâtira. Voire l’envie de s’entraîner sera au ras des pâquerettes.

Avant de démarrer toute séance, nous devons nous demander ce qu’il nous arrive et s’il s’agit vraiment de fatigue physique. Souvent, ce que nous ressentons est un réflexe de fatigue centrale qui est, comme nous l’avons vu, très différent. Évaluez votre état avant d’exiger à votre corps le maximum !

  • Bogdanis, G. C. (2012). Effects of Physical Activity and Inactivity on Muscle Fatigue. Frontiers in Physiology, 3, 142.
  • Pegaux, B., Lepers, R. (2018). The effects of mental fatigue on sport-related performance. Prog.Brain.Res. 2018;240:291-315.