Peut-on faire du sport après une greffe ?

Faire du sport après une greffe est non seulement possible, mais c'est également recommandé. Outre les études scientifiques qui soutiennent la pratique sportive chez ces patients, des associations d'athlètes transplantés ont vu le jour dans plusieurs pays du monde.
 

Le choix de faire du sport après une greffe n’est pas facile. Même si nous comprenons et supposons que l’exercice est toujours bon, il existe encore des réticences lorsqu’il s’agit d’une personne qui a subi une greffe d’organe.

Aussi bien le patient que ses proches peuvent s’opposer à l’idée de reprendre une pratique sportive car cela engendrerait des risques inutiles. Par ailleurs, on craint souvent les coups et les traumatismes qui pourraient en résulter.

Cependant, les personnes transplantées ne sont pas forcément des individus ayant des limitations sportives très différentes de celles de la majorité de la population. Bien que cela dépende de l’organe en question, de l’état de santé de la personne et du sport choisi, plusieurs facteurs à considérer sont identiques à ceux qui influencent une personne sans greffe.

Bien évidemment, il est conseillé d’éviter les sports de contact –rugby ou football-, d’être suivi par un médecin et surtout, de choisir une discipline qui nous plaît. En effet, nous ne pouvons pas ignorer la composante émotionnelle de la pratique sportive, aussi importante que la composante physique.

Lorsqu’il commence à pratiquer un sport suite à une greffe, l’organisme ressent le besoin de s’adapter à une routine. Si l’on suit une progression guidée et accompagnée, il est même possible d’envisager la participation à des tournois et des compétitions.

 

D’autre part, d’un point de vue médical, l’exercice est un facteur majeur de protection face aux maladies cardiovasculaires. Et, parmi les personnes transplantées, les maladies cardiaques sont la principale cause de décès. On suppose que l’un des problèmes à l’origine de cette mortalité due aux maladies cardiaques est précisément le sédentarisme.

Les bienfaits de pratiquer un sport après une greffe

Certaines études affirment que la pratique d’un sport après une greffe est plus bénéfique pour les personnes sédentaires, que pour celles qui avaient déjà une vie active. Cette donnée montre clairement que les bienfaits existent.

Un homme qui fait une pause dans une salle de fitness.

Comme nous le savons déjà, le sport est un protecteur cardiovasculaire car il abaisse le taux de glycémie ainsi que le cholestérol sanguin. Chez les personnes transplantées, qui consomment des immunodépresseurs, l’exercice diminuerait les effets secondaires de ces médicaments.

Les personnes greffées sont également traitées avec des corticoïdes à des doses relativement élevées et avec un usage chronique. Parmi les effets adverses des corticoïdes, on trouve l’ostéoporose. Autrement dit, la réduction de la densité osseuse. Le sport, en revanche, renforce le système ostéo-articulaire.

 

Par ailleurs, nous ne pouvons pas ignorer les avantages sociaux de la pratique d’un sport après une greffe. Appartenir à un groupe, rencontrer d’autres personnes, sortir de la maison, favoriser le contact humain, etc, participe également à la rééducation. D’autant plus si les rencontres se font avec d’autres sportifs transplantés.

A quel moment reprendre le sport après une greffe ?

Immédiatement après la transplantation, il est impossible de reprendre les entraînements. Il faut respecter des adaptations et des changements nécessaires qui requièrent un temps d’attente raisonnable.

Toutes les greffes ne sont pas identiques. Ni les réponses des organismes au processus d’adaptation. En général, on parle de six mois de récupération, bien que cela puisse varier. Il appartiendra toujours au médecin de décider s’il est possible d’avancer ou de retarder cette échéance.

Une fois que les entraînements revoient le jour, les premiers essais doivent être légers, sans efforts. Ensuite, au fil des mois, l’exercice et la fréquence peuvent être accrus.

Types d’entraînement pour la personne transplantée

Les athlètes savent que tous les sports ne sont pas identiques et que tous les entraînements n’ont pas le même objectif. En effet, il existe des exercices pour améliorer la force et d’autres pour augmenter la résistance. Il y a des exercices aérobiques, et d’autres anaérobiques.

 

Pour les individus greffés qui doivent prendre un long repos au lit après l’opération, l’entraînement musculaire serait important. Ils pourraient ainsi récupérer de la masse musculaire et renforcer le tissu osseux.

Etant donné que la prise de poids des personnes transplantées est considérable et régulière, la pratique d’un sport après une greffe leur permettrait de réduire le nombre de kilos supplémentaires et de maintenir un poids adapté à leur taille. Cela peut être obtenu grâce à la musculation et aux exercices aérobiques.

D’autre part, l’entraînement aérobique est capable d’hypertrophier les fibres musculaires. Lorsque le muscle augmente son diamètre, il améliore la transmission nerveuse à l’intérieur de celui-ci. Ce qui favorise la sensibilité. Rappelons à ce propos que les personnes greffées reçoivent généralement des corticoïdes qui peuvent endommager les terminaisons nerveuses.

Une femme qui fait du paddle.

Enfin, il existe aussi l’entraînement de résistance. Cette modalité favorise l’oxygénation et diminue les substances inflammatoires de l’organisme. Avec moins d’inflammation, les douleurs sont moindres chez la personne. De plus, avec davantage d’oxygène, il y a moins de risques cardiovasculaires.

Le sport après une greffe : conclusion

Il est recommandé de pratiquer un sport après une greffe. Chaque équipe médicale traitante indiquera au patient les meilleurs exercices et le moment opportun pour commencer la pratique.

 

La possibilité de faire du sport est fondamentale. Les amis et la famille doivent également s’impliquer dans la décision. En plus du suivi et de la médication, l’exercice est un facteur de protection qui prolonge la survie des patients.

  • M.T. Tomás, H. Santa-Clara, E. Monteiro, E. Barroso, L.B. Sardinha. Effects of an exercise training program in physical condition after liver transplantation in familial amyloidotic polyneuropathy: A case report. Transplant Proc, 43 (2011), pp. 257-258.
  • Slapak, M. « Sport and transplantation. » Annals of transplantation 10.1 (2005): 60-67.
  • Mathur, S., Janaudis‐Ferreira, T., Wickerson, L., Singer, L. G., Patcai, J., Rozenberg, D., … & High, K. (2014). Meeting report: consensus recommendations for a research agenda in exercise in solid organ transplantation. American Journal of Transplantation, 14(10), 2235-2245.