Existe-t-il un lien entre la dépression et le sport ?

21 août 2019
Le sport combat la dépression ? La dépression apparaît dans le sport ? Nous vous invitons à analyser cette association si récurrente et à identifier toutes les variables qui entrent dans l'équation.

L’association entre la dépression et le sport est fréquente. Nous entendons tous les jours que l’exercice physique réduit le mal-être mental. Néanmoins, cette affirmation est-elle si vraie que ça ? Pour le vérifier, nous devrons nous pencher sur l’impact chimique, organique et psychologique du sport chez les personnes avec une prédisposition à la dépression.

Certes, la relation peut également être inverse. Dans quel contexte ? Par exemple, quand votre travail, c’est le sport. De nombreux sportifs professionnels sont exposés à la dépression. Leurs conditions de travail est l’un des facteurs liés aux causes.

Qu’est-ce que la dépression ?

Aujourd’hui, le terme « dépression » est très utilisé et on lui donne parfois un sens qu’il n’a pas. Souffrir de dépression ne signifie pas simplement être triste. Nous devons donc utiliser ce terme avec précaution.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) la définit comme une maladie propre à un trouble de l’humeur, provoqué à la fois par des facteurs psychologiques et organiques.

Principaux symptômes

En général, la dépression est un diagnostic qui englobe un ensemble très varié de symptômes. Le trouble peut se présenter sous sa forme grave ou légère, tout comme elle peut être passagère ou permanente. La dépression pourrait ainsi être définie par les symptômes suivants :

  • Abattement : stress excessif, isolement, sensation de mal-être, irritabilité et tristesse constante. On expérimente en outre un état d’anxiété qui se présente en même temps.
  • Changements nerveux. La dépression est associée à une altération fonctionnelle et structurelle du système nerveux central, notamment lié à des déficits du fonctionnement normal des neurotransmetteurs dopamine et sérotonine.
  • Troubles cognitifs. Les personnes déprimées présentent souvent de moindres résultats dans les tâches cognitives qui requièrent des fonctions complexes, comme l’attention ou la mémoire.

Au-delà de cela, il est important de souligner que la dépression est un problème aussi complexe qui se voit également affecté par des facteurs génétiques, biologiques et psychosociaux.

Un homme assis sur la piste de course les mains sur la tête

Dépression et sport

Tel que nous le mentionnions auparavant, selon certains médias, le sport serait le remède à la dépression. Cette affirmation est trompeuse et prétentieuse. Elle tente en effet de vendre une recette facile et linéaire. Il est vrai que le sport en général est l’un des possibles outils pour combattre et prévenir des états dépressifs. Néanmoins, cela ne signifie pas que c’est un remède miraculeux et instantané.

Comment le sport aide-t-il à prévenir la dépression ?

On a associé le sport à un facteur de protection contre la dépression pour les raisons suivantes :

  • Production d’endorphines. Ce neurotransmetteur est libéré par l’hypothalamus. Il a un effet analgésique et de bien-être. Le sport, l’amour et la douleur entraînent tous les trois sa sécrétion.
  • Amélioration de l’estime de soi. L’activité physique possède un composant physique très important. Les améliorations dans l’aspect personnel peuvent renforcer l’estime de soi.
  • Liens et activités. Tel que nous l’avons déjà évoqué, l’isolement et le désintéressement social sont des facteurs qui peuvent être réduits grâce à un sport d’équipe. Dans ces conditions, les personnes peuvent se sentir motivées pour réaliser des activités en plein air.
  • Motivation. Les sports sont une manière de se mettre au défi. La réalisation d’objectifs courts et objectifs longs peut renforcer le système de récompense du sujet.

Quel sport ?

À un niveau psychologique, la dépression est un trouble dû à de multiples causes. C’est pourquoi faire du sport ne suffit pas. Ainsi, le sport sera bénéfique si on le pratique sous certaines conditions :

  • Sport diversifié. Les séances ne peuvent pas être monotones. Sinon, ce ne sera qu’une distraction passagère. L’activité sportive, outre le fait d’être ludique, doit être diversifiée et permettre au sujet d’activer plusieurs plans moteurs et cognitifs.
  • Contrôler les attentes. Le sport en soi ne couvrira pas l’ensemble des besoins psychologiques de base d’un sujet. Considérer le sport comme unique solution ou ne pas le pratiquer d’une façon modérée restreint la possibilité de ceux qui ne peuvent pas réaliser une activité physique intense.

Sport et dépression : le revers de la médaille

Tout comme c’est le cas pour le commun des mortels de faire du sport pour échapper à la routine, chez d’autres individus, le sport peut s’avérer être la routine ou la cause de la dépression. Nous nous référons aux sportifs, qui ont comme objectif de vie le sport. Souvent, ce dernier ne leur apporte pas les récompenses attendues.

Causes de dépression dans le sport

À l’instar des autres domaines, dans le sport les causes de la dépression peuvent être liées à plusieurs facteurs. Parmi les plus courants, nous pouvons citer :

  • Burnout. Ce syndrome, caractérisé par l’épuisement et l’isolement, se superpose souvent à la dépression. Lorsque les sportifs cessent de profiter de leurs activités et sentent que la récompense ne vaut pas leurs efforts et leurs sacrifices, ils sont davantage exposés à expérimenter des signes dépressifs.
    Une sportive fait une pause
  • Blessures. De nombreux sportifs déclarent que la clé pour récupérer d’une blessure est d’en prendre conscience. Pourquoi ? L’anxiété et la préoccupation anticipée peuvent faire que le sujet tombe dans un puits. Par ailleurs, les multiples blessures dont les sportifs souffrent dans les sports de contact sont associées à un déclin cognitif et des symptômes dépressifs.
  • Retraite. Cesser la compétition de haut niveau est une étape difficile pour tout sportif. Dans ce cas, les sujets les plus exposés seront ceux qui ne se sont pas préparés à se rendre utiles dans d’autres activités que le sport.

Conclusion : dépression et sport, une relation bilatérale

En conclusion, on souligne l’importance du sport pour combattre les facteurs psychologiques et organiques de risque dans la dépression. Il est également essentiel de prendre en compte la réalisation d’autres activités éducatives et formatrices pour les sportifs.

On comprend d’une manière objective que la dépression est une maladie grave qui est liée à de nombreux facteurs au-delà du sport. C’est pourquoi on recommande de consulter un professionnel de la santé. 

 

  • Amorosi, M. (2014). Correlation between sport and depression. Psychiatria Danubina, 26, 208-210. Recuperado de Scopus.
  • Nixdorf, I., Frank, R., & Beckmann, J. (2016). Comparison of athletes’ proneness to depressive symptoms in individual and team sports: Research on psychological mediators in junior elite athletes. Frontiers in Psychology, 7(JUN). https://doi.org/10.3389/fpsyg.2016.00893
  • Yrondi, A., Brauge, D., LeMen, J., Arbus, C., & Pariente, J. (2017). Depression and sports-related concussion: A systematic review. Presse Medicale, 46(10), 890-902. https://doi.org/10.1016/j.lpm.2017.08.013