L'escalade, un sport technique et stratégique

15 avril, 2020
L'escalade sportive est une activité très intéressante pour tester la condition physique et mentale.
 

Escalader un rocher ou une montagne n’exige pas seulement une bonne résistance physique, mais également une préparation technique et stratégique. Dans cet article, nous vous en disons davantage sur l’escalade, un sport réellement complet.

En quoi consiste ce sport ?

Comme son nom l’indique, cette activité se base sur l’ascension de parois verticales ou inclinées de roche en utilisant uniquement la force. Toute ascension, qu’elle soit facile ou difficile, est considérée comme de l’escalade et doit être effectuée aussi bien avec les jambes qu’avec les bras.

Etant donné que le danger est important à certaines hauteurs ou sur certains « circuits », les grimpeurs utilisent un équipement de sécurité ou de protection. Ce dernier se compose de cordes, d’un casque, de harnais, de mousquetons, de freins et de fixations. Les fixations peuvent être récupérables ou non, selon le type d’ascension.

Par ailleurs, l’escalade peut se mesurer selon différentes graduations en fonction de sa difficulté. Pour cela, on utilise des nombres du plus petit au plus grand -par exemple les chiffres romains ou des lettres et les symboles + – afin d’ajuster le degré de difficulté.

Les origines de ce sport sont liées à l’alpinisme et remontent au XIXème siècle à Dresde, en Allemagne, ainsi que dans la région des Lacs d’Angleterre. Le nombre de grimpeurs, les techniques et l’équipement ont évolué depuis. Mais c’est sans aucun doute la création des murs d’escalade dans les années soixante qui a accru la popularité de ce sport.

 

Quels sont les différents types ?

Tout d’abord, nous devons diviser cette discipline en deux grands groupes : escalade d’intérieur et d’extérieur. La première est réalisée sur la partie interne d’un rocher ou d’une paroi, le plus souvent dans des brèches. La seconde se déroule dans la partie externe du terrain.

Nous trouvons également d’autres types d’escalade. Une discipline sans règles écrites, selon son « éthique » ou sa « philosophie », autrement dit si elle libre, artificielle, en solitaire, etc. Voici donc quelques-unes des modalités qui sont pratiquées :

1. Escalade libre

Dans ce type d’escalade, on utilise seulement les pieds et les mains pour grimper. Et bien qu’il ne soit pas obligatoire, il est conseillé de porter un casque. Certains grimpeurs utilisent aussi des chaussures spéciales appelées pieds de chat. Elles s’adaptent aux pieds et à la roche. D’autre part, il est interdit de se reposer en se suspendant aux sécurités.

2. Escalade alpine

Egalement connue sous le nom d’escalade de haute montagne, c’est l’une des plus anciennes modalités. En plus de porter son équipement, l’alpinisme doit transporter aussi de la nourriture ainsi qu’un abri pendant l’ascension, car il s’agit d’une expédition.

Une femme qui escalade une montagne.
 

3. Ascension classique

Certains la connaissent sous le nom d’escalade traditionnelle, et elle présente des caractéristiques semblables à l’ascension alpine. Il s’agit de grimper en suivant un itinéraire où l’on place d’abord les prises de sécurité avant la montée. C’est pourquoi, elle nécessite davantage de préparation qu’un autre type d’escalade.

4. Escalade sur la glace

Comme son nom l’indique, ce type d’ascension se pratique toujours dans des environnements glacés ou enneigés. Par conséquent, elle requiert un équipement spécifique : des crampons, des piolets ainsi que des sécurités. Les différentes cotations de l’escalade sur la glace vont de 1 à 7 au maximum. En fonction du degré de glace du mur à escalader.

5. Escalade sportive

Pour ce type de modalité, les fixations se fixent au préalable avec différents systèmes mécaniques ou chimiques. Ainsi, le grimpeur doit choisir où mettre ses mains et ses pieds pour escalader. Les degrés en escalade sportive -que ce soit sur un mur ou en milieu naturel- vont de 5,6 pour les débutants jusqu’à 5,15 pour les professionnels.

Une femme qui escalade un mur urbain.

6. Itinéraire sur des grands murs

 

Le big wall est un type d’ascension sur roche qui comprend un long itinéraire et requiert généralement plus d’une journée pour le terminer. Les parois doivent être au moins à 450 mètres d’altitude, avec peu de parties saillantes, des faces verticales et de petites brèches.

7. Escalade naturelle

Cette activité est libre et le grimpeur n’utilise pas de cordes, de harnais ou d’autres équipements de protection. Il fait appel uniquement à son physique et sa capacité à grimper. L’un des lieux préférés des grimpeurs naturels est le Parc National de Yosemiteaux Etats-Unis.

Pour terminer, on peut citer également l’escalade solitaire, artificielle, le bulder, en solo, mixte (roche et glace), urbaine et escalade d’adhérence. Vous aimeriez essayer l’une d’entre elles ?

  • International Federation of Sport Climbing. Rules Handbook. https://www.ifsc-climbing.org/index.php/world-competition/rules
  • Andrade, C. Alex “No hay Drama” Honnold. El “Messi” de los escaladores llegó al país y está haciendo “locuras” en la Patagonia. Clarin. Febrero 2020 – https://www.clarin.com/sociedad/messi-escaladores-llego-pais-haciendo-locuras-patagonia_0_3cIwUU2K.html
  • Imedio V. Las vías de escalada más codiciadas de España. La sexta. Febrero 2020. https://www.lasexta.com/viajestic/espectacular/vias-escalada-mas-codiciadas-espana_202002245e53876a0cf2e7d8ac16bf3e.html