Régime bas carbone : bon pour la planète, sain pour l'homme

Le régime à faible teneur en carbone offre des avantages pour la santé et l'environnement. Découvrez pourquoi.
 

Le régime à faible teneur en carbone est basé sur des produits frais et peu transformés. Privilégiez les aliments biologiques et pariez sur la réduction de la consommation de viande. Ce régime repose sur deux arguments fondamentaux : le premier pour réduire l’impact des êtres humains sur la planète et le second pour améliorer leur propre santé.

Bon pour la planète

L’adoption d’habitudes alimentaires saines pourrait réduire considérablement les émissions de dioxyde de carbone. La plupart de ces émissions proviennent de l’élevage extensif. Ainsi, la réduction de la consommation de viande pourrait affecter positivement la santé de la planète. On estime que les changements généraux dans la nourriture pourraient avoir un impact sur l’atmosphère similaire à l’abandon des voyages en avion.

Agriculture biologique et régime bas carbone

Sain pour l’être humain

En revanche, il est clair que l’abandon des produits transformés entraîne des conséquences positives pour la santé. Tout d’abord, la consommation de substances toxiques telles que l’acrylamide est réduite. Également des acides gras et des sucres qui peuvent provoquer des inflammations et des maladies à moyen terme.

Dans le même temps, la consommation de fruits, légumes et légumineuses augmente. Ces aliments sont riches en antioxydants et en vitamines. De cette façon, ils sont excellent pour empêcher l’oxydation et la formation de radicaux libres, en plus de réduire les processus inflammatoires.

 

Comme si cela ne suffisait pas, les aliments frais ont tendance à être moins caloriques que les aliments transformés. Cela implique une diminution du poids corporel et du risque d’obésité. Les conséquences sont donc claires, le risque de souffrir de maladies complexes à moyen terme est considérablement réduit.

L’un des plus grands risques pour le développement du diabète est la consommation d’aliments transformés et d’aliments sucrés. Le diabète entraîne généralement d’autres complications associées, en particulier au niveau coronaire. L’adoption d’une alimentation faible en carbone minimise ce problème devenu endémique dans la société actuelle.

Meilleure nourriture produite localement

Le régime à faible teneur en carbone parie également sur la consommation d’aliments produits dans la région. Dans le monde d’aujourd’hui, la nourriture peut parcourir des milliers de kilomètres du lieu de production au lieu de consommation.

Ce transport augmente également les émissions de gaz nocifs pour la planète. Par conséquent, il est conseillé de consommer le moins possible les produits qui doivent être transportés d’une région lointaine.

Encore un autre avantage, les produits frais de saison sont consommés avec une plus faible charge additive. C’est un fait, la réduction de la consommation d’additifs et de pesticides est un autre grand point en faveur de la santé humaine. Bien que la plupart de ces produits soient testés et offrent une certaine sécurité, leurs implications dans l’organisme peuvent ne pas être connues avec certitude, ou ils prennent simplement plusieurs années pour être éliminés du corps.

 

La consommation d’aliments saisonniers réduit également le besoin d’énergie pour sa production. Une tomate de serre nécessite une dépense énergétique beaucoup plus élevée qu’une tomate biologique saisonnière. C’est donc une autre façon de réduire les émissions et les dépenses énergétiques. L’agriculture biologique utilise 50 % d’énergie en moins que les systèmes conventionnels.

Le dernier des domaines sur lesquels le régime à faible teneur en carbone est basé est celui de ne pas trop manger. Cela évite le gaspillage des ordures et réduit le risque d’obésité et de surpoids. De plus, la consommation de légumes par rapport aux animaux est prioritaire, ce qui est positif pour eux.

Conclusion

Le régime pauvre en carbone est doublement positif. D’une part il réduit l’impact de l’homme sur la planète et d’autre part il améliore sa santé. C’est une bonne méthode pour lutter contre le diabète et l’obésité, deux des maladies endémiques actuel.

Prioriser la consommation d’aliments locaux et frais ainsi que l’augmentation de la consommation de légumes et la diminution de la viande animale sont de bonnes méthodes alimentaires en vue d’améliorer notre état de santé. Enfin, il convient de noter l’idée d’essayer d’échapper aux aliments transformés. Ce type de nourriture a non seulement une empreinte écologique élevée, mais est clairement nocif pour la santé.

 

1 – Pelucchi C., Bosetti C., Galeone C., La Vecchia C., Dietary acrylamide and cáncer risk: an updated meta-analysis. Int J Cancer, 2015. 136 (12): 2912-22.

2 – Della Corte KW., Perrar I., Penczynski KJ., Schwingshackl L., Herder C., Buyken AE., Effect of dietary sugar intake on biomarkers of subclinical inflammation: a systematic review and meta-analysis of intervention studies. Nutrients, 2018.