Qu'est-ce que l'effet EPOC ?

L'effet EPOC consiste en une augmentation des calories brûlées au repos après un exercice de haute intensité. Cela pourrait être un outil intéressant pour accélérer la combustion des graisses.
 

Lorsque nous cherchons à améliorer notre condition physique et esthétique, l’un des principaux objectifs est de réduire le pourcentage de graisses. Pour cela, en plus de suivre une alimentation adéquate tout en maintenant un déficit calorique, il existe un grand nombre de stratégies possibles que nous pouvons suivre pour atteindre cet objectif.  Dans cet article, nous verrons ce qu’est l’effet de la post-brûlure, ou effet EPOC et comment il pourrait nous aider à accélérer notre perte de graisse.

Effet EPOC ou «post-brûlure»

On associe généralement l’acronyme de EPOC à une maladie pulmonaire obstructive chronique. Cependant, dans ce contexte, EPOC vient de l’anglais «grande consommation d’oxygène post-exercice»; c’est-à-dire qu’il fait référence à la consommation excessive d’oxygène après un exercice physique.

Egalement connu sous le nom de «post-brûlure», l’effet EPOC augmente le taux métabolique basal, qui est le nombre de calories que notre corps dépense au repos.

Physiologie de l’effet EPOC

L’effet de la MPOC, comme son nom l’indique, commence à se produire après l’activité physique. Cela entraînera le corps à augmenter sa consommation d’énergie pendant les heures après l’exercice. Cela est du stress auquel nous avons soumis notre corps pendant l’entraînement.

 

Il y a un effet de EPOC dans n’importe quelle modalité sportive ou activité physique. Cependant, il est plus visible et durable lorsque nous pratiquons un exercice à intervalles de haute intensité. La dette d’oxygène qui est créée lors d’un exercice de haute intensité est la base de l’effet EPOC.

Voies anaérobies

Lorsque nous pratiquons un sport, nous pouvons utiliser l’énergie de diverses voies métaboliques. D’une part, nous avons des voies aérobies qui utilisent l’oxygène.

De l’autre côté, nous avons les voies anaérobies de la phosphocréatine, des phosphates et de la glycolyse anaérobie. Ces derniers ont en commun que l’exercice est si intense que le métabolisme de l’oxydation est insuffisant, ils sont donc utilisés comme moyen de maintenir l’activité physique au-dessus du seuil aérobie.

Une femme pratiquant le HIIT EPOC

Une autre chose qu’ils ont en commun est qu’ils produisent des métabolites ou des déchets, un produit du métabolisme anaérobie. Un exemple de ces substances est l’acide lactique. Celles-ci s’accumulent dans nos tissus et favorisent l’acidose, qui est à l’origine de nombreuses blessures musculaires.

Dette en oxygène

En raison du manque d’oxygène pendant l’exercice, une dette de cette molécule se crée après la fin de l’activité. Le corps aura besoin de plus d’oxygène pour contrer l’acidose causée par une activité intense.

 

Ce besoin accru d’oxygène se traduit par une fréquence cardiaque plus élevée, une température corporelle élevée, une meilleure ventilation et un niveau élevé d’hormones métaboliquement très actives, telles que les catécholamines.

Par conséquent, nous pouvons conclure que, plus l’activité physique pratiquée est intense, plus la dette d’oxygène créée est importante. Le taux métabolique sera augmenté par les processus expliqués précédemment pendant une période plus longue et plus intense si la dette en oxygène est plus importante.

Exercice pour stimuler l’effet EPOC

Comme nous le voyons, l’existence de cet effet post-brûlure est « très intéressant lors de l’élaboration d’un plan d’entraînement pour réduire la graisse corporelle ». Grâces aux explications précédentes, nous devons comprendre qu’un exercice léger à intensité modérée ne générera pas une importante dette d’oxygène.

Le métabolisme aérobie entre en jeu dans des sports comme le cross-country ou le cyclisme. Ce dernier nous permet de faire de l’exercice à des intensités faibles et modérées pendant longtemps.

HIIT : Entraînement par intervalles à haute intensité

La pratique la plus intéressante est de réaliser des exercices à intervalles intenses. Un exemple de ce type d’entraînement est l’entraînement «HIIT» ou par intervalles à haute intensité.

 

Il existe de nombreux moyens de pratiquer le HIIT ! Il se base sur de courtes périodes d’exercice à une intensité très élevée ou maximale. Des périodes de repos plus longues doivent séparer les différents exercices.

Cela favorise le fait que dans la série d’efforts maximaux, nous utilisons les voies anaérobies de la manière la plus optimale possible. Ainsi, nous maximiserons la dette d’oxygène que nous créerons.

Une femme faisant du crossfit

Crossfit

L’exercice qui crée le plus grand effet EPOC est l’entraînement fonctionnel ou CrossFit. C’est une discipline basée sur l’exécution de mouvements constamment variés exécutés à haute intensité. Leurs routines comprennent des exercices très intenses, dans lesquels nous utiliserons pleinement nos voies anaérobies.

Pendant et après la séance, la combustion des calories de ces modalités sportives est de cette façon très élevée . C’est ainsi que le Crossfit est considéré comme l’une des meilleures stratégies d’entraînement pour accélérer la combustion des graisses.

  • Børsheim E, Bahr R. Effect of Exercise Intensity, Duration and Mode on Post-Exercise Oxygen Consumption. Vol. 33, Sports Medicine. 2003. p. 1037–60.
  • Sedlock DA. Effect of exercise intensity on postexercise energy expenditure in women. Br J Sports Med. 1991;25(1):38–40.
  • Littlefield LA, Papadakis Z, Rogers KM, Moncada-Jiménez J, Taylor JK, Grandjean PW. The effect of exercise intensity and excess postexercise oxygen consumption on postprandial blood lipids in physically inactive men. Appl Physiol Nutr Metab [Internet]. 2017 Sep [cited 2019 Nov 1];42(9):986–93. Available from: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28558252
  • LaForgia J, Withers RT, Gore CJ. Effects of exercise intensity and duration on the excess post-exercise oxygen consumption. J Sports Sci [Internet]. 2006 Dec [cited 2019 Nov 1];24(12):1247–64. Available from: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17101527