Histoire de la Coupe Intercontinentale

Actuellement, nous la connaissons comme la Coupe Mondiale des Clubs, mais elle a commencé sous le nom de Coupe Intercontinentale.
 

Comme son nom l’indique, la Coupe Intercontinentale est le trophée que remporte la meilleure équipe au niveau international. En voici davantage dans cet article.

Les débuts de la Coupe Intercontinentale

Pour en savoir plus sur la Coupe Intercontinentale et ses débuts, il faut remonter aux années 60 et remercier un dirigeant français nommé Henri Delaunay. Cet homme voulait organiser une coupe afin de déterminer quelle était la meilleure équipe du monde. Quelles seraient les équipes à s’affronter ? Le champion européen et le champion américain.

Dans le premier continent, il n’y eu aucun problème parce que la Coupe des Champions d’Europe se disputait déjà -depuis 1955- mais ce n’était pas le cas en Amérique. C’est ainsi que la Conmebol a créé une compétition appelée Coupe des Champions d’Amérique.

Lors de la première édition de la Coupe Intercontinentale, les champions d’Europe (le Real Madrid) ainsi que les champions d’Amérique du Sud (Le Penarol d’Uruguay) se sont rencontrés. La forme de compétition à cette époque était la suivante : deux matchs, disputés dans les stades des deux champions.

En 1960, la première rencontre se déroula à Montevideo -match nul- et la seconde à Madrid. Où les hôtes se sont imposés 5 buts à 1 pour devenir les premiers champions intercontinentaux.

 

L’équipe d’Uruguay a pris sa revanche lors de la seconde édition en battant le Benfica du Portugal et en remportant la coupe. Par ailleurs, dans les années 60, il y a eu d’autres champions : Santos du Brésil, Inter d’Italie, Racing d’Argentine, parmi d’autres.

Ensuite, les années 70 furent quelques peu « mouvementées » pour la Coupe Intercontinentale puisque deux éditions -1975 et 1978- n’ont pas eu lieu car les équipes ne parvenaient pas à se mettre d’accord sur la date. Lors de cette décennie, les quelques équipes gagnantes furent Independiente et Boca d’Argentine, l’Athlétique de Madrid et le Bayern Munich d’Allemagne.

Le Manchester United, vainqueur de la Coupe Intercontinentale en 1996.

« Le Manchester United, champion en 1996.

Quelques changements dans l’histoire de la Coupe Intercontinentale

L’histoire de la Coupe Intercontinentale a connu un changement radical lorsqu’il a été décidé de jouer un seul match en terrain neutre. Dans le Stade Olympique National de Tokyo. Jusqu’à l’édition de 2001, tous les matchs se déroulèrent sur ce stade. En outre, à partir de cette année-là, la société Toyota est devenue le promoteur du tournoi jusqu’à sa dernière édition.

Au cours des trois dernières années de la Coupe Intercontinentale, le site fut changé pour le Stade International de Yokohama. En 2004, le champion était le Porto du Portugal. Il a battu aux tirs au but le Once Caldas de Colombie.

 

De 1960 à 2004, il y a eu 25 champions intercontinentaux différents. Parmi eux, neuf d’Argentine, Sept d’Italie, six du brésil et UruguayLes équipes les plus récompensées, avec trois titres chacune, sont le Milan, le Penarol, le Real Madrid, le Boca Juniors et le National de Montevideo.

Changement de nom de la Coupe

A partir de 2005, la Coupe Intercontinentale a cessé de se disputer. En raison d’une fusion avec le Championnat Mondial des Clubs de la FIFA qui était en cours depuis 2000.

Lors de ce tournoi, les vainqueurs des principales ligues internationales des six confédérations approuvées par la FIFA y participent. Autrement dit, l’UEFA, la Conmebol, la Concacaf, l’ACF, la CAF et l’OFC.

Par ailleurs, en 2017, la Coupe Intercontinentale fut reconnue comme le prédécesseur direct de la Coupe Mondiale des Clubs. Les équipes qui furent championnes ont donc ajouté les titres obtenus entre 1960 et 2004.

Cela a, par exemple, « bénéficié » au Real Madrid, qui remporta trois Coupes Intercontinentales ainsi que quatre Mondiaux des Clubs (2014, 2016, 2017 et 2018). Aujourd’hui, le Merengue est l’équipe qui compte le plus grand nombre de championnats internationaux (7).

Le Liverpool, dernier champion de la Coupe du Monde des Clubs.

« Le Liverpool, le dernier champion du Mondial des Clubs.

Au sein de cette liste, il existe également un titre supplémentaire pour le A.C. Milan d’Italie (celui de 2007) aux trois qu’il possédait déjà de la Coupe Intercontinentale (1969, 1989 et 1990). De plus, le cas de Barcelone, qui n’apparaissait pas dans la liste des champions de l’ancienne coupe, mais qui, avec les titres de 2009, 2011 et 2015, figure actuellement parmi les meilleurs gagnants avec trois trophées.

Les équipes les plus titrées

Cependant, des équipes très importantes telles que le Penarol d’Uruguay (trois titres : 1961, 1966 et 1982), le Boca Juniors d’Argentine (1977, 200 et 2003) ainsi que le National d’Uruguay (1971, 1980 et 1988) ne sont pas parvenues à être de nouveau championnes.

Dans le classement des équipes possédant trois titres internationaux, nous devons également ajouter l’Inter d’Italie (1964, 1965 et 2010), le Bayern Munich d’Allemagne (1976, 2001 et 2013) ainsi que Sao Paulo du Brésil (1992, 1993 et 2005).

Par ailleurs, en raison de la fusion, le pays avec le plus grand nombre de titres est l’Espagne (11) suivie du Brésil (10). L’Argentine compte toujours neuf victoires. En effet, aucune de ses équipes n’a été couronnée championne depuis la création de la Coupe du Monde des Clubs.

 
  • Prats, L Nostalgias: los años dorados de la Copa Intercontinental. Ovación digital. Diciembre de 2019. https://www.ovaciondigital.com.uy/futbol/nostalgias-anos-dorados-copa-intercontinental.html
  • Infobae. El Real Madrid es el rey del Mundial de Clubes. Enero 2020. https://www.infobae.com/america/agencias/2019/12/10/el-real-madrid-es-el-rey-del-mundial-de-clubes/