Comment dois-je bouger les bras quand je cours ?

4 mai 2019
Perfectionner la façon de courir peut augmenter les performances et réduire la fatigue. Il est donc important de connaître le positionnement correct et les mouvements que les bras doivent faire pendant la course.

La technique des coureurs peut varier en fonction du type de course (un sprint n’est pas la même chose qu’un marathon). Mais ce qui ne peut pas changer, c’est le mouvement des bras lors de la course. Nous vous expliquons tous les détails de la technique à suivre pour bouger les bras en courant !

Comment dois-je bouger les bras en courant ?

L’une des questions les plus courantes concernant la technique de course n’a rien à voir avec la respiration ou la vitesse, mais avec les bras. Comment devrions-nous les déplacer pendant que nous courons ?

Nous devons savoir que si nous nous conformons à ce que nous indiquons ici, nous serons plus efficaces car nous ne dépenserons pas autant d’énergie et nous n’aurons pas besoin de tant d’efforts pour atteindre notre objectif.

Peut-être que nous courons depuis un moment maintenant et que nous nous sommes trompés jusqu’à présent. Dans ce cas, le changement d’habitude prendra plusieurs semaines. Mais peu importe, tôt ou tard, vous y arriverez.

Bouger les bras

Nous devons nous observer et faire attention aux autres dans une course. Pourquoi ceux qui réussissent mieux ou qui terminent un marathon sont moins épuisés ? Ils bougent leurs bras d’une certaine manière !

Nous devons toujours trouver cet équilibre parfait entre confort et efficacité. En bref, le mouvement des extrémités est identique à celui de la marche, mais plus rapide lors de la course. Dans tous les cas, nous devons garder une posture détendue, car peu importe notre technique, si nous nous sentons mal à l’aise, nous pouvons alors subir une contracture ou une blessure.

L’importance de savoir bouger les bras en courant

Vous avez sûrement vu de nombreuses courses et, en plus de regarder le mouvement des jambes, la manière dont les bras des athlètes ont bougé a attiré votre attention. Les «bras» pendant la compétition nous permettent de stimuler mais en même temps d’équilibrer le reste du corps et même de conserver de l’énergie.

Ce «va-et-vient» des bras en parfaite symbiose avec les jambes nous aide à atteindre le but à l’avance. Portez une attention particulière à la technique utilisée par les coureurs experts :

1. Les bras doivent former un angle de 90°

Il est essentiel que les épaules soient détendues (non contractées) et que le mouvement soit fluide, en accompagnant le corps, mais sans que ce soit une contrainte ou inconfortable.

2. Ne séparez pas les bras du torse

Une erreur très commune des coureurs débutants est de bouger les coudes du torse en pensant qu’ils iront plus vite. Cependant, c’est le contraire, puisque l’effort pour «casser» la résistance du vent devra être plus important.

Si les bras sont maintenus aussi près que possible du tronc, il sera alors plus facile d’avancer.

3. Toujours les mains détendues

Certains coureurs ferment généralement leurs poings lorsqu’ils courent. Peut-être est-ce parce qu’ils veulent rester au chaud, mais le problème, c’est qu’avec cette habitude, ils se serrent les poignets et les avant-bras… Et cela leur fait dépenser plus d’énergie qu’ils ne le pensent !

les bras

4. Synchroniser les mouvements

Les bras doivent être synchronisés avec les jambes. Mais attention, il ne s’agit pas d’exagérer les coups et les enjambées car cela nous fatiguerait encore plus. Il est fondamental que les mouvements soient harmonieux. Il s’agit d’assimiler le moyen de le faire sans trop réfléchir à la correction du mouvement.

5. Ne pas lever les mains jusqu’aux oreilles

Vous avez peut-être vu des coureurs avec des mouvements de bras quelque peu étranges, les mains croisées devant le corps au milieu du torse (ou plus). Bien que ce soit une technique acceptée, en réalité cela n’est pas recommandé. Parce que ça ne nous fera pas aller plus vite !

Il vaut mieux que les bras montent à la poitrine mais que les mains n’aillent pas plus haut que l’intérieur de la ligne imaginaire des oreilles. De plus, lorsque nous baissons les bras, ils ne peuvent pas descendre plus que la taille. Sinon, nous serons inefficaces et courrons plus lentement.

Enfin, ne commettez pas l’erreur de tourner excessivement le tronc et ne poussez pas trop les bras vers l’arrière. Dans ce cas, le corps doit faire un effort supplémentaire pour équilibrer et cela soustraira des millisecondes à votre performance… qui seront alors celles qui vous feront perdre l’opportunité de monter sur le podium.

Si à la fin de l’entraînement ou de la course, vous remarquez que les bras et les épaules sont contractés ou trop fatigués (même plus que les jambes), c’est que votre technique n’est pas tout à fait correcte. Vous pouvez demander à quelqu’un de vous filmer pour voir ce que vous ne parvenez pas à résoudre avec la pratique.

CAVAZOS, L. (2013). Correr está de moda – Grupo Milenio.