La musculation chez les jeunes

19 septembre 2019
Il existe un mythe selon lequel la pratique de la musculation chez les jeunes peut avoir des conséquences irréversibles. Cependant, ce n'est pas la vérité.

La pratique de la musculation chez les jeunes est un thème au sujet duquel il existe encore très peu d’information. Comme nous le savons, la pratique de la musculation avec du mauvais matériel ou en n’adaptant pas les exercices à l’individu peut avoir des effets néfastes sur la santé.

Sans aller plus loin, la pratique de la musculation chez les jeunes est soutenue par la science. Une étude américaine démontre que cette pratique, dans la mesure où elle est bien exécutée, qu’elle permet une bonne progression aussi bien en intensité qu’en volume, et qu’elle est réalisée sous le contrôle d’un professionnelle, peut être bénéfique pour le développement psychologique et physique des jeunes.

Des recherches récentes prouvent qu’un jeune d’environ 12 ans peut expérimenter des progrès de force similaires à ceux d’un adulte. Attention, cette comparaison n’est cependant pas totalement exacte en raison des facteurs hormonaux entrant en jeu. Ces travaux admettent le fait que l’amélioration de la force peut atteindre 30 % de la valeur initiale.

Bénéfices de la musculation chez les jeunes

Maintenant que nous savons que ces individus ont le potentiel suffisant pour améliorer leur force sans avoir d’impact sur leur santé, nous pouvons nous attarder sur les bénéfices de la pratique :

  • La musculation réduit le risque d’apparition de lésions quelconques lors de l’activité quotidienne ou de la pratique de sport. La majorité des activités physiques supposent un travail de la force musculaire. Celle-ci sera plus facile à développer chez les jeunes ayant travaillé cette compétence.
  • La pratique précoce d’exercices polyarticulaires de musculation peut avoir un impact sur le rendement dans la pratique d’autres sports ou activités. Cela est dû au développement moteur de ces individus.
exercices de renforcement musculaire

  • Tout comme chez les adultes, un planning contrôlé de musculation favorise l’augmentation des niveaux de minéralisation osseuse. Cela est en partie dû à l’impact articulaire.
  • La musculation provoque une plus grande sensibilité à l’insuline. Cela permet d’augmenter la masse musculaire et de réduire la graisse corporelle. De plus, éliminer et prévenir l’apparition de graisse permettra de développer l’estime personnelle de l’adolescent.

La musculation chez les jeunes et la croissance

Par manque d’information sur le sujet, nombreux sont ceux qui sont persuadés que la pratique de la musculation chez les jeunes peut avoir un effet néfaste sur leur croissance.

Il n’existe en réalité aucune évidence scientifique prouvant le fait que la pratique précoce de la musculation altère la croissance osseuse. Cependant, il existe des données et des tests qui prouvent le contraire.

Une étude de l’université de Hong Kong démontre que la pratique supervisée et contrôlée de la musculation augmente la minéralisation osseuse chez les sujets. C’est une réponse à l’entraînement, indépendamment de l’âge du pratiquant.

Précautions appropriées à ce type d’entraînement

Au-delà des avantages de cette pratique, il est important d’être conscient du risque de lésions associé à la mauvaise réalisation ou planification des exercices. Pour cela, il sera fondamental de suivre une série de précautions :

  • Chez les jeunes, il est très important de faire attention au cartilage. En effet, ce dernier est en pleine période de croissance. Le cartilage est une substance qui se trouve sur les os larges et qui est responsable de la croissance. Il faut donc faire attention aux poids utilisés car le cartilage n’est pas encore totalement solidifié.
  • Les lésions provoquées par ce type d’entraînement, indépendamment de l’âge, sont souvent le résultat d’une mauvaise utilisation du matériel ou par la précarité de l’installation. Il est donc important de prêter une attention particulière à ces deux facteurs.
  • De plus, il est important d’insister sur la technique d’exécution de chaque exercice, sans oublier les techniques de prise. Il est recommandé d’établir un entraînement parfaitement structuré et conçu particulièrement pour le sujet.
la pratique de la musculation

Points à prendre en compte lors de la pratique de la musculation chez les jeunes

Nous avons déjà dit que la pratique de la musculation chez les jeunes peut être dangereuse dans le cas où elle n’est pas réalisée sous la supervision d’un professionnel diplômé et sans les mesures, la techniques et l’adaptation nécessaires à chaque individu. Il faudra donc prêter attention aux considérations suivantes lors des entraînements :

  • Il est importante de garder à l’esprit le fait que le jeune pratiquant n’est pas un adulte en version réduite. Chaque excès de poids ou mauvais échauffement peut avoir des répercussion sur son développement osseux.
  • Les sessions d’entraînement doivent être adaptées en intensité et en volume en fonction de l’âge biologique du pratiquant. Il vaut toujours mieux commencer par des intensités faibles permettant au jeune d’acquérir la bonne technique.
  • L’entraînement doit se baser sur des exercices polyarticulaires. L’entraînement fonctionnel doit primer sur le reste. La charge pourra ainsi être augmentée progressivement de 5 à 10 %.
  • Il ne faudra réaliser aucun exercice de musculation chez les jeunes sans supervision d’un professionnel. Ce dernier sera chargé de la bonne exécution technique des exercices ce qui garantira la sécurité du sportif.

Conclusions

Pour conclure, le mythe selon lequel la pratique de la musculation chez les jeunes est néfaste pour la croissance est erroné. Ce mythe est majoritairement dû à un manque d’information. La pratique de la musculation, dans la mesure où elle est conçue et adaptée au niveau physique et à l’âge du jeune, peut être très bénéfique pour la santé des jeunes pratiquants.

Lorsqu’ils seront plus grands, ces jeunes développeront des aptitudes telles que le sacrifice ou le dépassement de soi. Elles leur seront d’une grande aide pour gagner aussi bien en maturité physique que psychique.

  • Faigenbaum, A. D. (2000). Strength training for children and adolescents. Clinics in Sports Medicine,19(4), 593-619.
  • Matos, N., & Winsley, R. J. (2007). Trainability of young athletes and overtraining.Journal of Sports Science & Medicine, 6(3), 353.
  • YU, C. C., SUNG, R. Y., SO, R. C., Lui, K. C., Lau, W., LAM, P. K., & MC LAU, E. D. I. T. H. (2005). Effects of strength training on body composition and bone mineral content in children who are obese.The Journal of Strength & Conditioning Research, 19(3), 667-672.