Fente avant statique et dynamique : différences

31 août 2019
La fente avant est l'un des exercices les plus courants dans tous les types d'entraînement. Pour gagner en efficacité, nous distinguerons deux types de fente avant : la fente avant statique et la fente avant dynamique.

Le fait d’avoir des jambes et des fessiers musclés est une question importante, aussi bien pour les sportifs que pour chaque individu de façon générale. Comme nous le savons déjà, l’un des outils essentiels qui ne devrait pas manquer lors d’un entraînement conçu pour travailler ces groupes musculaires est la fente avant. Afin d’enrichir notre apprentissage, nous allons parler aujourd’hui des différences entre la fente avant statique et la fente avant dynamique.

Tel que nous l’avons expliqué auparavant, le travail de la fente avant nous oblige à actionner à la fois les hanches et la ceinture abdominale face à une certaine charge. Dans cet article, nous aborderons les principales différences dans l’implication des muscles ainsi que les divers modes d’exécution de l’une ou de l’autre.

Fente avant statique et dynamique : l’importance de la variabilité

Le corps possède une étonnante capacité d’adaptation à l’exercice. Pour éviter cela, il est fondamental d’utiliser l’un des principes essentiels de l’entraînement. A savoir la variabilité.

Par conséquent, nous devrions introduire dans notre routine des exercices de fente avant statique et dynamique. En effet, cela est recommandé pour empêcher la monotonie et la stagnation dans notre progression. Comme nous le verrons plus tard, bien que les deux exercices activent et travaillent les mêmes groupes musculaires, chacun d’entre eux met davantage l’accent sur certaines zones.

La fente avant statique et dynamique au sein d’une routine

Pour commencer, cet travail affecte à la fois le développement musculaire des jambes et le renforcement de nos hanches. En général, l’exercice de la fente avant produit des effets sur les groupes musculaires suivants :

  • Genouxdans les muscles extenseurs. Autrement dit, les quadriceps.
  • Hanches : dans les muscles extenseurs également. Cela correspond aux fessiers et à la zone fémorale.
Femme qui s'exerce avec la fente avant.

Si nous faisons bien attention, les muscles impliqués sont les mêmes que dans l’exercice de squat. Cependant, en prenant une amplitude plus large avec la fente avant, nous obtiendrons un meilleur travail des fessiers et des fémoraux.

D’autre part, la partie des fessiers -adducteurs et abducteurs- est l’une des plus négligées de la routine. Malgré la grande importance de ces muscles, qui permettent d’offrir une stabilité à la hanche, leur travail ne fait pas partie de la plupart des entraînements.

Afin de pouvoir enrichir nos programmes d’activité physique, examinons maintenant les principales différences entre ces deux types de fente avant.

Fente avant statique versus fente avant dynamique

Pour analyser les deux types d’exercices, nous allons approfondir les différences dans le mode d’exécution et dans l’implication musculaire de chacune d’entre elles.

Différences au niveau de l’exécution

Lors de la phase de descente de la fente avant statique, la contraction excentrique des fessiers, des quadriceps et des fémoraux est forte. En effet, le poids du corps repose sur la jambe avant. Pendant ce temps, la jambe arrière travaille peu, sauf pour le soutien et l’équilibre.

Comme nous le verrons plus loin, dans la phase d’ascension, les fessiers, les muscles fémoraux et les quadriceps de la jambe avant se contractent de manière concentrique, s’étirant et revenant au point de départ. Afin d’élever le corps, la jambe arrière se contracte en même temps que les fessiers et les quadriceps dans une moindre mesure.

Dans la fente avant dynamique, la phase de descente est statique. Néanmoins, la phase d’ascension est très différente, surtout en ce qui concerne la mobilisation musculaire. L’accent est mis également sur la jambe avant, mais le travail des fessiers, des fémoraux et des quadriceps sera maximal. Autrement dit, il sera plus intense que dans le premier exercice.

La fente avant dynamique est étroitement liée au squat sur une jambe car elle exige de se tenir droit à chaque instant. Par conséquent, dans ce cas, la jambe arrière ne sert qu’à assurer le soutien et la stabilité.

Par ailleurs, elle travaille plus intensément les muscles de la jambe avant par rapport à la statique. Toutefois, elle intègre tout juste les muscles de la jambe arrière. Pour une exécution correcte de la fente avant dynamique, chaque jambe doit être utilisée en alternance pendant la marche. Cela suppose un grand travail des cuisses et des hanches.

Femme dans une salle de sport, exercice de fente avant avec poids.

Différences relatives à l’implication des muscles

Concernant l’implication musculaire, comme indiqué ci-dessus, l’activation a lieu au sein des mêmes groupes de muscles. Cependant, selon le type d’exercice, l’accent sera mis davantage sur une partie du corps ou une autre.

  • Fente avant statique : dans la phase de descente, la jambe avant travaille davantage, en particulier la zone des fessiers et des quadriceps. Lors de l’ascension, la jambe avant travaille légèrement moins.
  • Fente avant dynamique : l’implication musculaire dans la phase de descente n’éprouve pas une grande variation par rapport à la fente statique. Néanmoins, lors de l’ascension, la mobilisation des fessiers et des quadriceps de la jambe avant sera beaucoup plus importante. Le travail de ces muscles est donc plus intense dans ce cas.

Maintenant que vous connaissez les principales différences entre la fente avant statique et la fente dynamique, vous n’avez plus qu’à mettre en pratique ce que vous venez d’apprendre. Courage !

  • Longpré, H. S., Acker, S. M., & Maly, M. R. (2015). Muscle activation and knee biomechanics during squatting and lunging after lower extremity fatigue in healthy young women. Journal of Electromyography and Kinesiology, 25(1), 40-46.
  • Stastny, P., Lehnert, M., Zaatar, A. M., Svoboda, Z., & Xaverova, Z. (2015). Does the Dumbbell-Carrying Position Change the Muscle Activity in Split Squats and Walking Lunges?. Journal of strength and conditioning research, 29(11), 3177.