Dick Fosbury et sa technique pour le saut en hauteur

17 octobre 2019
Nous pouvons dire que Dick Fosbury a marqué un avant et un après dans le monde de l'athlétisme. À l'âge de 21 ans, cet américain changea le saut en hauteur à jamais. 

Lorsque nous voyons les sportifs du saut en hauteur sauter par-dessus la barre pendant les épreuves des Jeux olympiques, nous ne pouvons qu’être époustouflés par la technique utilisée. Aimeriez-vous savoir qui a inventé cette technique ? Son nom est Dick Fosbury.

Dick Fosbury fut un athlète qui, sans l’ombre d’un doute, révolutionna à jamais le saut en hauteur. Nous vous disons tout dans la suite de cet article.

Le saut en hauteur avant Dick Fosbury

Saut en hauteur dans un stade
Image : GlobalSports Matters

Avant de parler du Fosbury Flop, il est bon de savoir qu’avant Dick Fosbury, les sauts que l’on voyait pendant les championnats, les Jeux olympiques ou encore les coupes du monde d’athlétisme étaient bien différents.

Jusqu’en 1968, il y avait trois techniques différentes pour le saut en hauteur.

  • Technique des ciseaux. Après une petite course, le sportif saute par-dessus la barre sur le côté en passant une jambe à la fois, c’est-à-dire l’une après l’autre.
  • La technique du rouleau costal. Aussi connue sous le nom de « rouleau californien », cette technique incluait un « demi-ciseaux » et une rotation du dos au moment de sauter par-dessus la barre. Cela revient à faire un tour sur soi dans l’air en évitant la barre. Cela n’a rien de facile !
  • La technique du rouleau ventral. Cette technique a commencé à être utilisée en 1936. La technique est la même que celle commentée juste avant, mais dans l’autre sens : le sportif se retrouve face à la barre.

Dick Fosbury et son saut pour la postérité

Nous pouvons dire que les techniques utilisées jusqu’alors incluaient des mouvements humains plutôt naturels. Si nous étions amenés à sauter par-dessus une clôture ou tout autre obstacle, il est fort probable que nous ayons recours à la technique des ciseaux. Néanmoins, cela ne veut pas dire que cette technique, ni les deux autres techniques citées, soient les plus efficaces à l’heure de pratiquer le saut en hauteur.

C’est ce que pensa Dick Fosbury qui laissa tout le monde bouche bée aux Jeux olympiques de 1968 au Mexique, compétition à laquelle il participa suite à sa victoire au championnat de l’université de sa vie natale (Oregon, États-Unis). Au moment du saut, il n’y pas eu une once d’improvisation ; cela faisait depuis ses seize ans, soit depuis 1963, que Dick Fosbury mettait au point cette technique.

Une nouvelle technique

En quoi consiste cette technique ? Dans les grandes lignes, cette technique consiste à courir vers la barre en suivant une trajectoire incurvée et, une fois au niveau de la barre, le sportif saute de dos par-dessus la barre tout en tendant le bras le plus proche de la barre. De cette manière, l’espace entre le centre de gravité, le corps de l’athlète, et l’obstacle à surmonter, la barre, est réduit, ce qui permet à l’athlète de gagner en hauteur.

Bien entendu, pour l’exécution de ce saut, il a fallu procéder à certains ajustements techniques pour les épreuves. Placer un matelas de l’autre côté de la barre en vue d’éviter des lésions malheureuses fut l’un de ces changements. Jusqu’alors, c’était du sable qui était utilisé, car les athlètes atterrissaient normalement sur leurs pieds.

Le jour où Dick Fosbury remporta une médaille d’or

Plusieurs événements ont marqué les Jeux olympiques de 1968 au Mexique. Tout d’abord, ces Jeux olympiques ont été les premiers jeux organisés en Amérique latine. Ensuite, ces jeux ont été les jeux du fameux « poing levé du Black Power« . Et enfin, c’est au cours de ces Jeux olympiques que Dick Fosbury a révolutionné le monde du saut en hauteur.

L’athlète américain était âgé de vingt-et-un ans lorsqu’il est arrivé à la capitale du Mexique, prêt non seulement à remporter une médaille mais aussi à changer à jamais le monde de l’athlétisme. Lors de la finale, son score fut de 2,24 mètres, un score qui lui a permis de remporter la médaille d’or.

Bien que Dick Fosbury ne soit jamais parvenu à dépasser le record de 2,28 mètres détenu par le sportif soviétique Valeri Brumel (record mondial) avec la technique du rouleau ventral, ce qui est certain c’est que l’apport de Dick Fosbury dans le monde du saut est hauteur est indéniable. Selon certaines recherches, sa technique permet de gagner une quarantaine de centimètre en hauteur.

À l’heure actuelle, tous les sportifs qui pratiquent le saut en hauteur ont recours au Fosbury Flop : l’efficacité de cette technique a complètement été vérifiée… Mais il ne faut pas oublier qu’au tout début, les sportifs et experts en olympisme ont douté de cette technique. Certains se moquaient même de Dick Fosbury et lui disaient qu’il était « cinglé » lorsqu’ils le voyaient mettre au point sa technique au lycée.

Dick Fosbury s’est retiré très jeune, juste après ne pas être parvenu à intégrer les Jeux olympiques de 1972 à Munich.

En somme…

Femme qui fait du saut en hauteur

Ce n’était pas le sauteur le plus talentueux de l’époque, mais son innovation lui a permis non seulement de remporter une médaille d’or mais aussi de changer à jamais la compétition du saut en hauteur.

Grâce à la technique de saut de Dick Fosbury, certains scores sont véritablement impressionnants comme celui que détient le sportif cubain Javier Sotomayor (2,35 mètres) ou celui de la sportive bulgare Stefka Kostadinova (2,09 mètres). Dick Fosbury a bel et bien laissé une trace dans sa discipline sportive !

  • Dapena, J. (1980). Mechanics of rotation in the Fosbury-flop. Medicine & Science in Sports & Exercise. https://doi.org/10.1249/00005768-198021000-00010