Gérer une équipe dans une école de football

11 août 2019
Être un bon entraîneur en école de football implique de se concentrer sur le développement de ses élèves. Nous vous indiquons dans cet article comment favoriser le progrès des petits sportifs.

Pour gérer une équipe dans une école de football, il est important de mettre en place une dynamique d’entraînement en fonction de l’étape de développement dans laquelle se trouvent les enfants. Une fois que cela est fait, on pourra alors exploiter au maximum le potentiel individuel et de groupe.

Il est important de mettre l’accent sur l’apprentissage, en utilisant des procédés pour l’acquisition des bases du football. Ces notions iront de pair avec le développement cognitif, émotionnel et moteur des enfants.

La résolution positive des conflits, que ce soit individuellement ou au niveau du groupe, est la colonne vertébrale du fonctionnement du groupe avec une base solide de valeurs et de règles de conduite. Chaque entraînement doit pouvoir reposer sur le sérieux, la joie et la motivation nécessaires pour créer une atmosphère où la priorité est de profiter du sport.

Méthodologie

On instaure une structure d’entraînement qui utilise le plus d’éléments possible. Les exercices doivent être attractifs et avec le ballon, en captant au maximum l’attention.

De même, les techniques de base comme les passes, le contrôle, les tirs ou le sprint avec des techniques de groupe comme le positionnement, les relèves et le but se travailleront progressivement.

Pour gérer une équipe dans une école de foot, il est nécessaire d’évaluer en permanence les compétences de groupe et individuelles. Cela comprend les postes, le fonctionnement de l’équipe, la latéralisation prédominante, les fonctions exécutives et le niveau d’attention, entre autres.

Types d’exercices dans une école de football

Nous pouvons différencier plusieurs types d’entraînement dans le football infantile, selon l’intensité et la particularité des exercices :

  • ÉchauffementJeux dynamiques qui sollicitent l’attention et la prise du rythme nécessaire pour l’entraînement. Les consignes doivent être variées. On doit travailler la réactivité et l’intégration de plusieurs éléments de manière simultanée. Il se termine avec les étirements et dure entre 10 et 15 minutes.
    Des enfants pendant un entraînement de football
  • Initiation. Exercices courts en groupes de deux qui activent l’exécution des gestes moteurs nécessaires pour la consigne de l’exercice. On peut également réaliser des dynamiques dans de petits espaces pendant 10 à 20 minutes.
  • Moyenne. Série d’exercices qui durent entre 5 et 8 minutes dans des espaces réduits et avec une difficulté croissante. 20 à 25 minutes au total.
  • Haute. Exercices dans de plus grands espaces qui ont pour objectif d’évaluer le fonctionnement de l’équipe ainsi que le mouvement en bloc selon la stratégie élaborée par les entraîneurs. On cherche à développer les aptitudes nécessaires à chaque poste. Temps total : 20 à 30 minutes.
  • Fin. Exercices de type penalty, tirs libres et jeu avec consignes. Cela dure 5 minutes et se finit avec des étirements.

Entraînement spécialisé

Chaque enfant a besoin d’une approche personnalisée, selon sa position dans l’équipeAu fur et à mesure des matchs, on évaluera les compétences à travailler et on mettra en place des exercices individuels.

Ainsi, à chaque entraînement, on sélectionne un ou deux enfants pour leur faire réaliser un exercice personnalisé à part. L’approche individuelle renforce la confiance et donne l’impression à chaque enfant d’être spécial.

Le développement

À 6-8 ans, les enfants possèdent un potentiel relativement semblable -sauf exceptions. Le développement de ce potentiel peut être mesuré en soustrayant la quantité d’interférences avec le travail d’apprentissage réalisé.

C’est pour cela que les exercices doivent être dynamiques, pas trop longs et progressifs. En outre, ils doivent attirer au maximum l’attention des enfants. Même si les enfants comprennent le jeu, ils n’ont pas tous les capacités motrices suffisamment développées pour réaliser les gestes moteurs qu’exige le sport.

On propose alors un entraînement progressif. Les charges sont alors distribuées afin que l’enfant apprenne d’abord à réaliser correctement les mouvements. Cela lui permettra d’être plus sûr de lui au moment de les réaliser dans les matchs à venir.

Les exercices progressifs

Par exemple, l’un de ces exercices peut consister à enseigner à réaliser le mouvement de saut, le positionnement du corps et la frappe avec la tête avec des ballons plus légers -de volley par exemple. Cela permettra à l’enfant de renforcer l’exécution physique des mouvements avec une meilleure assurance et une meilleure précision de tir. 

Une fois que cette étape préliminaire est passée, on peut réaliser les mouvements avec un ballon de football. On adaptera ainsi les conditions pour qu’au fur et à mesure des entraînements, elles soient plus semblables à celles d’un match.

Un entraîneur parle à l'équipe

Comment gérer les émotions dans une équipe d’école de football ?

L’aspect émotionnel est primordial. Nous ne devons pas oublier que la manière dont l’entraîneur affronte la victoire ou la défaite est un exemple pour les enfants. On doit prendre en compte que le moteur du football est la joie et l’émotion que provoque ce sport chez un enfant.

Dans un groupe, on gère aussi bien les frustrations que les célébrations. La dynamique du football doit être utilisée pour enseigner à faire face aux obstacles et aux réussites qui surviendront tout au long de la vie.

Chaque enfant doit se sentir à l’aise avec la position qu’il occupe. Enfin, la patience et les renforts positifs constituent des aspects de base dans le traitement des élèves.

L’école de football, un outil social

Si on envisage le football comme une manière de développer les valeurs citoyennes, on doit mettre en place des règles qui ont pour but de développer le sentiment d’appartenance et la fraternité. Par conséquent, pour que la dynamique de groupe soit bonne, on doit instaurer ces règles de comportement :

  • Ponctualité.
  • Engagement.
  • Travail.
  • Respect de l’adversaire.
  • Respect du matériel et des installations.
  • Sentiment d’appartenance.

Comment gérer les problèmes entre les enfants et avec les parents ?

Il faut prendre un rendez-vous avec les parents au cours des premières semaines afin de communiquer la manière de travailler, de procéder et de résoudre les conflits qu’emploient les entraîneurs. On inclut également les adultes dans le processus de formation. Ils doivent accompagner et profiter de la bonne ambiance créée par tous.

Par ailleurs, le harcèlement scolaire ne peut pas être tabou. L’humiliation ne peut pas être une manière de nouer des liens. Il faut travailler avec les enfants qui ont le plus de prédisposition pour qu’ils utilisent leur influence sur le reste du groupe d’une manière positive. Quant aux enfants avec le plus de prédisposition à être victimes, on doit leur donner les outils pour qu’ils sortent de cette situation.

Il semblerait que gérer une équipe dans une école de football soit une tâche aisée. Néanmoins, travailler avec les enfants implique d’être acteur de leur développement, en travaillant au quotidien pour développer leurs compétences.

Ce travail exige des connaissances dans d’autres domaines. Il est souvent nécessaire d’oublier les tactiques et les techniques pour se concentrer sur des aspects émotionnels.

  • Cè, E., Longo, S., Paleari, E., Riboli, A., Limonta, E., Rampichini, S., … Esposito, F. (2018). Evidence of balance training-induced improvement in soccer-specific skills in U11 soccer players. Scandinavian Journal of Medicine and Science in Sports, 28(11), 2443-2456. https://doi.org/10.1111/sms.13240
  • García-Angulo, A., García-Angulo, F. J., Torres-Luque, G., & Ortega-Toro, E. (2019). Applying the new teaching methodologies in youth football players: Toward a healthier sport. Frontiers in Physiology, 10(FEB). https://doi.org/10.3389/fphys.2019.00121
  • Gjesdal, S., Haug, E. M., & Ommundsen, Y. (2019). A Conditional Process Analysis of the Coach-Created Mastery Climate, Task Goal Orientation and Competence Satisfaction in Youth Soccer: The Moderating Role of Controlling Coach Behavior. Journal of Applied Sport Psychology, 31(2), 203-217. https://doi.org/10.1080/10413200.2017.1413690
  • John, C., Rahlf, A. L., Hamacher, D., & Zech, A. (2019). Influence of biological maturity on static and dynamic postural control among male youth soccer players. Gait & Posture, 68, 18-22. https://doi.org/10.1016/j.gaitpost.2018.10.036
  • Michailidis, Y., Metaxas, T. I., Stefanidis, P., & Christoulas, K. (2019). Fitness effects of one-year soccer training of 8-10 and 10-12-year-old school children. Journal of Sports Medicine and Physical Fitness, 59(5), 725-732. https://doi.org/10.23736/S0022-4707.18.08612-7
  • Trecroci, A., Cavaggioni, L., Lastella, M., Broggi, M., Perri, E., Iaia, F. M., & Alberti, G. (2018). Effects of traditional balance and slackline training on physical performance and perceived enjoyment in young soccer players. Research in Sports Medicine, 26(4), 450-461. https://doi.org/10.1080/15438627.2018.1492392