Compétitions de natation : les normes des piscines

21 octobre 2019
Afin qu'une piscine publique soit homologuée pour la compétition, elle doit répondre à certaines exigences. Tout cela est réglementé et contrôlé par la fédération correspondante. Voyons le règlement pour l'homologation des piscines qui organisent des compétitions de natation.

Disposer d’une piscine autorisée pour les compétitions de natation n’est pas toujours facile. Outre le fait de respecter les paramètres sportifs requis, les titulaires et les propriétaires doivent être suivis par la réglementation juridique nationale dans le domaine sanitaire.

Tout ce processus est vérifié par la Fédération Royale Espagnole de Natation (RFEN). En réalité, l’ensemble de règles, de procédures et de paramètres est large et complexe. Dans cet article, nous passerons en revue les règlements les plus importants de cette institution.

Compétitions de natation : demande d’homologation

Si un propriétaire souhaite organiser des compétitions de natation, il doit solliciter une homologation. Au cas où il s’agit d’un nouveau projet, cette demande devra apparaître dans le rapport du projet ainsi que dans le budget d’exécution. S’il s’agit en revanche d’une installation préalablement réalisée, la demande ira directement à la RFEN.

Cette demande s’effectue en remplissant la fiche technique de demande d’homologation. Les fédérations régionales demanderont l’annexe de la documentation relative à la piscine. En général, il s’agit des plans et du rapport de projet. Si cela est nécessaire, la fédération régionale peut solliciter également d’autres documents.

Une fois que la demande est envoyée, un dossier s’ouvre pour le demandeur. C’est la commission d’homologation des installations qui est en charge de ces procédures. A partir de là, l’étude du projet commence et l’on demande parfois des documents supplémentaires qui sont nécessaires.

Règles d’homologation de la RFEN

Il existe de nombreuses spécifications et mesures qu’une piscine doit remplir pour organiser des compétitions. Essentiellement, le règlement établit une distinction entre les installations de 25 mètres et celles de 50 mètres. En principe, cette longueur doit être respectée et mesurée.

Ensuite, il y a d’autres paramètres fondamentaux comme les tolérances dimensionnelles. Celles-ci se mesurent entre les deux parois frontales et également dans le fond et à la surface de l’eau.

Compétition de natation avec des hommes.

La profondeur minimale autorisée est de 1,80 mètres. Il en va de même pour la profondeur à laquelle les plateformes de sortie sont installées, également avec un minimum de 1,80 mètres. Cela se fait en respectant une distance de zéro à six mètres à partir de la limite du mur.

Par ailleurs, les murs latéraux et les couloirs suivent aussi des caractéristiques bien particulières. Les parois externes doivent être parfaitement parallèles et la constitution de la construction stable, résistante et préservant l’étanchéité. De plus, les surfaces doivent toujours être antidérapantes.

Le règlement définit les couloirs, les bordures, les plateformes de sortie, les lignes flottantes, les lignes de signalisations, etc. Toutes les informations techniques peuvent être recherchées et vérifiées dans les normes d’homologation de la RFEN. Bien évidemment, si nous souhaitons une autorisation pour les compétitions de natation, il faut vérifier chaque mesure.

Compétitions de natation : les paramètres de l’eau

Sur le plan sanitaire, l’eau doit répondre aux caractéristiques et aux examens établis par le Décret Royal 742/2013. Ce dernier régit les conditions sanitaires qui doivent figurer dans les piscines publiques et privées d’usage communautaire. Evidemment, dans ce cas, des tests rigoureux devront être réalisés.

D’autre part, la RFEN ratifie l’utilisation de l’eau provenant du réseau d’approvisionnement public général. Dans le règlement, il est possible d’utiliser d’autres sources. Mais seulement après l’étude de la qualité et de la salubrité de l’eau. Les équipements de traitement doivent être conformes aux exigences de sécurité de la norme UNE-EN 13451.

En outre, la lame d’eau doit maintenir une série de conditions établies pour les compétitions de natation. Le niveau doit toujours être au maximum et il ne doit y avoir aucune turbulence générée par les équipements de la piscine.

Un homme qui nage dans une piscine.

Quelques données pertinentes

Voici également d’autres éléments importants qui doivent réglementer ce type d’installations :

  • Eclairage : les piscines prévues pour les compétitions doivent disposer d’un éclairage artificiel uniforme. Ce dernier est stipulé dans la norme UNE-EN 12193 sur l’éclairage dans les installations sportives.
  • Compétitions internationales : dans le cas où un site est choisi pour une compétition internationale, les changements doivent être réalisés de manière rigoureuse et contrôlés par la RFEN elle-même. En effet, ce type d’enceinte nécessite des écrans tactiles.

Finalement, la restauration de piscines pour les compétitions ainsi que la mise à jour du règlement sont également deux paramètres pris en compte par les normes de la RFEN. Nous pouvons aussi y trouver les mesures et les conditions pour l’homologation des piscines pour le waterpolo. Toutes les exigences et procédures peuvent être vérifiées dans ce document.

  • Federación Española de Natación. Extraído de: https://rfen.es/es/
  • Norma UNE. Normativa para piscinas de competición. Extraído de: https://www.une.org/encuentra-tu-norma/busca-tu-norma/norma?c=N0059495